Les institutions de plus en plus sous pression

Alexandre GasserArchives

Le manque de personnel implique des efforts considérables pour maintenir la qualité des soins en institution. Malgré cela, le personnel soignant se déclare satisfait de ses conditions de travail. C’est ce qui ressort d’un rapport encore inédit de l’Institut de soins infirmiers de l’Université de Bâle rédigé par Elisabeth Seifert et auquel la Fondation du Relais a participé.

Des ressources humaines limitées, des tâches administratives en hausse qui empiètent sur le temps réservé aux soins et à l’accompagnement: ces dernières années, le personnel soignant, particulièrement celui qui travaille en institution, a exprimé ses inquiétudes face aux difficultés croissantes. La pandémie, en renforçant l’importance
des soins nécessaires aux personnes âgées, a encore accentué ces préoccupations.
Les données scientifiques corroborent-elles ce ressenti et ces inquiétudes? C’est ce à quoi répond le projet de recherche SHURP 2018 (Swiss Nursing Homes Human Ressources Project) de l’Institut de soins infirmiers de l’Université de Bâle. Entre septembre 2018 et octobre 2019, le groupe de recherche a rassemblé un ensemble très complet de données auprès de 118 EMS alémaniques et romands, concernant tant la qualité des soins et de l’accompagnement que celle de l’environnement professionnel et la satisfaction au travail. Outre la collecte des seules données objectives, la recherche intègre également l’appréciation qu’en fait le personnel. Les résultats de cette étude
au niveau suisse sont attendus pour avril. La revue spécialisée Curaviva vous en présente un premier aperçu.

Lire l’article